logo youtubelogo vimeologo twitterlogo rss logo instagram logo fb simplezoom 2heart 2minimal leftminimal rightcheck boldemail 84ic local printshop 24px launch 11 cart simple button playapple logo spotifylogo linkedinmirror cloud download 95logo pinterest
Martine Doucet

Les robes et l’ami le plus important de ma vie

Andy Thê-Anh m’a habillée et déshabillée des centaines de fois. Dommage qu’il ait marié un homme cet été! J’ai connu Andy Thê-Anh alors que j’avais 16 ans. J’étais jeune, pure et naïve… c’est lui qui m’a dévergondée! Je n’aurais jamais pensé porter des tenues aussi osées, mais derrière ce visage d’ange bridé se cache une tête malicieuse et surtout, très créative!

Épingler

La première fois que j’ai rencontré Andy, c’est au Château du 2020 Université. C’était ma première journée de jeune vendeuse. J’ai eu toute une initiation! Le gérant et son équipe (dont Andy) m’ont demandé d’aller chercher de la peinture carreautée au Château des Terrasses pis de compter toutes les épingles dans le backstore. Coquin va…

Avec son swag habituel, Andy charmait chaque client qui s’amenait vers lui. Il connaissait ça, le style! Il étudiait au Collège LaSalle…  J’ai vite compris que dans ce magasin, impossible d’être le vendeur #1. Il y en avait juste un qui pouvait clancher comme lui! Le seul moyen d’être #1 était de me lancer dans la chanson. Mais avant, il fallait que je finisse mon secondaire.

Parce qu’il était le seul designer que je connaissais, je lui ai demandé de me faire une robe pour le bal des finissants. Il m’a concocté une robe longue noire en velours avec une traîne immense comme on avait vu sur la pub de Mügler dans le Vogue Italien. C’était assez efficace, même si ça clashait un peu avec les autres étudiantes. J’ai ditché le gars du bal, mais j’ai gardé le designer.

Quelque mois après, j’ai eu mon contrat de disques et c’est là qu’Andy Thê-Ahn a commencé à sévir publiquement. Je suis entrée dans le monde merveilleux d’Andy. En réalité, c’est dans son appart du demi sous-sol sur la rue Rachel que je suis entrée. Andy pouvait tout faire, par exemple coudre une robe en même temps qu’il faisait frire des rouleaux impériaux. Mes robes étaient belles, pis elles sentaient bon en plus!

Un peu plus tard, il est venu habiter en haut de chez ma mère sur le plateau. Ma pauvre mère! Elle en a vu de toutes les couleurs. Pour ma première tournée, Andy et moi, on a même décidé de piquer l’horloge de la cuisine, pour l’appliquer dans le dos de ma veste de cuir rouge. Je n’ai jamais été à l’heure, mais mes vêtements oui!

Pendant tout ce temps-là, Andy était célibataire. Plus que célibataire! En fait, je ne l’ai jamais entendu parler d’amour. Son travail était sa passion, le reste passait en deuxième. Je plaçais soigneusement toutes les robes qu’il me faisait dans le garde-robe, et un jour, c’est lui qui en est sorti.

Il avait rencontré un blondinet un tantinet rouquin, le Harry Potter des temps modernes. Celui-ci était beau, modeste, et toujours prêt à nous calmer le pompon en nous parlant d’une manière relax et posée pendant qu’Andy et moi, en panique, faisions un dernier essayage, encore à minuit le soir.

Les affaires ont bien marché pour le couple. Andy et Harry Potter ont déménagé ensemble, dans l’ancienne propriété de ma mère sur la rue Garnier. Ce dernier est la force tranquille du couple, mais surtout le fil d’argent de leur union. Ensemble, ils prouvent qu’en amour, il n’y a pas de demi-mesure. Ils se sont mariés cet été devant leurs meilleurs amis et j’ai eu la chance d’être témoin de cette magnifique cérémonie.

Andy porte ses amis dans son cœur et c’est le plus beau design que l’on puisse faire dans la vie. Parlant de design, il fait aussi partie de ma fibre entrepreneuriale, car c’est lui qui m’a présentée à Andrew Lapierre, qui est mon partenaire d’affaires avec mon mari Iohann Martin depuis maintenant 20 ans.

Amoureux, passionné, drôle et unique, il est comme ça mon Andy. Je suis chanceuse d’avoir un ami comme lui dans ma vie et ses robes témoignent de mes souvenirs les plus heureux.

Épingler

J’ai eu le plaisir de reporter l’une de mes robes créée par Andy pour son défilé inspiré par Frida Kahlo en 2002 récemment. Je l’ai revêtue lors de l’événement « Identité(s) montréalaise(s)» soulignant le 375e de Montréal, présenté par Le Festival Mode & Design sous la direction artistique d’Andrew McNally. Le défilé présentait plus de 100 looks dont des costumes qui ont marqué notre histoire. Andy a marqué mon histoire et celle de bien des Québécoises, tant avec ses collections qu’avec ses associations. Il sera encore présent dans votre garde-robe grâce à sa toute nouvelle position comme directeur du design de Laura Canada. 

Crédit photo: @jimmyhamelin

Nous vous proposons

Journal

L’ex

Du même auteur

Les robes et l’ami le plus important de ma vie