logo youtubelogo vimeologo twitterlogo rss logo instagram logo fb simplezoom 2heart 2minimal leftminimal rightcheck boldemail 84ic local printshop 24px launch 11 cart simple button playapple logo spotifylogo linkedinmirror cloud download 95logo pinterest

Me souvenir de Sandra

La belle blonde est arrivée dans les coulisses de Deux hommes en or. Son visage m’était tellement familier…. Je la connaissais, mais sans pouvoir l’identifier. J’ai la mémoire des visages, mais je n’ai pas toujours la suite des infos qui devrait venir avec. Par la suite, elle et moi nous sommes retrouvées dans la même salle de maquillage. Je ne pouvais pas lui parler, car je tentais d’apprendre par cœur un texte pour le tournage d’une pub. Ma mémoire flanchait, mon disque dur était assez plein merci. Après avoir fait une chronique à Salut Bonjour! et animé l’émission du midi à Rythme fm, la concentration n’était plus au rendez-vous.

Photo: Robert Ferron

Cette femme, Sandra Demontigny, est invitée à se joindre à Patrick Lagacé qui débute l’entrevue. Elle lui raconte qu’à 39 ans, elle est atteinte d’Alzheimer. Elle a vu son père en mourir d’une manière atroce et longue. Elle doit apprendre à ses enfants qu’elle souffre de la même maladie. Sa fille s’en doutait déjà. Elle avait déjà remarqué qu’elle en perdait des bouts. Son plus jeune l’a beaucoup moins bien pris. Si Sandra est devant la caméra ce soir, c’est parce qu’elle souhaiterait recourir à l’aide médicale à mourir lorsque sa situation se dégradera. Elle demande à mourir dans la dignité, mais la loi actuelle ne lui permettra pas. À moins qu’elle se batte. Pour elle, sinon pour les autres qui viendront après elle. C’est l’une des entrevues les plus poignantes que j’ai vues depuis un bon bout.

Photo: Robert Ferron

Tous les regards rougis sont rivés vers la télé. Quand l’entrevue se termine, ma soeur Noémie se retourne vers moi. Nous sommes pétrifiées. Elle et moi avons la même peur, celle de perdre un jour la mémoire. Dans notre famille, on cherche souvent nos mots. On cherche des faits et des faces aussi. Nous avons donc toutes deux l’impression que cette fatalité est évidente. Comme si nos trous de mémoire étaient déjà un signe annonciateur de ce qui était à venir. Nous avons vu notre grand-papa perdre sa mémoire pendant les dernières années de sa vie. Bien qu’il n’ait pas souffert d’Alzheimer, la vieillesse lui a fait perdre ses souvenirs.

De retour à Deux hommes en or. Sandra revient en coulisse. Elle est accueillie par tout le personnel de l’émission qui est aussi préoccupé que ma soeur et moi. Je m’approche d’elle et je lui demande: on se connait, n’est-ce pas? Elle me répond «oui, j’étais rousse dans le temps. C’est moi, Sandra, qui ai participé à l’émission de Mitsou et Léa sur le don de soi. Tu es venue avec moi chez Ovo le jour où on a implanté un embryon à la mère porteuse qui devait me permettre d’avoir un dernier enfant. Le miracle ne s’est pas produit. Cela n’a pas accroché. Une chance, parce qu’aujourd’hui, je sais que je n’aurais pas pu m’occuper de mon enfant…»


Comment ai-je pu oublier – même un instant – Sandra, qui m’a fait vivre un moment si puissant? Seul Dieu le sait. Je m’en mords les doigts. Aujourd’hui, sa vie est bien différente d’il y a quelques années. Celle qui aurait aimé avoir un petit dernier grâce à la procréation in vitro et une mère porteuse voit aujourd’hui ses rêves transformés. Au lieu de regarder un bambin faire ses premiers pas, elle se battra le temps qu’elle le pourra pour assurer une fin de vie dans la dignité pour les gens atteints d’Alzheimer. Sandra a décidé de partager son histoire pour conscientiser la société.

Nous sommes tous touchés de près ou de loin par cette maladie et nous le serons encore plus dans les prochaines années, puisque l’espérance de vie ne cesse d’augmenter et que nous serons plus vieux plus longtemps. Serons-nous en mesure d’offrir à nos âmes amnésiques une fin de vie dans le respect des volontés de tous? La question est digne que l’on s’y penche très rapidement et avec beaucoup d’énergie. Dans les prochaines années, Sandra De Montigny perdra peut-être la mémoire, mais l’impression qu’elle aura laissée sur nous sera indélébile. Le message qu’elle porte est celui de la liberté de choix à toutes les périodes de notre existence. Je nous le souhaite, ce choix. Mais d’ici là, je souhaite à Sandra tout l’amour et le courage dont elle aura besoin.

Pour voir l’émission, cliquez ici

Pour plus de détails sur la cause, visitez la Fédération québécoise des sociétés Alzheimer et suivez les propos de Sandra sur sa page Facebook.

Nous vous proposons

Me souvenir de Sandra