logo youtubelogo vimeologo twitterlogo rss logo instagram logo fb simplezoom 2heart 2minimal leftminimal rightcheck boldemail 84ic local printshop 24px launch 11 cart simple button playapple logo spotifylogo linkedinmirror cloud download 95logo pinterest

Le cycle de la femme

Le cycle… NOTRE cycle…

Messieurs, si vous prenez connaissance de ceci; n’ayez crainte, ce sera de l’information privilégiée!

Parlons de cycles féminins.

J’ai envie de vous proposer une perspective différente et une vision fort intéressante de la chose.

On a beau parler de SPM – et ça m’énerve – mais il faut avouer qu’il y a tout de même quelque chose de grandiose et (souvent) d’épuisant qui se passe dans ces moments-là.

De mon côté, je devenais soit impatiente, gourmande ou léthargique. (Et j’en passe).

Suite à l’une de ces périodes où je ne me comprenais plus, je suis « retombée » sur un texte expliquant que dans les temps anciens, les femmes s’isolaient dans cette période du mois.
Chaque mois, le temps des règles était sacré et vu comme un moment de grâce et de relâche. Un moment de repos pour la femme, un moment de retrait pour permettre au corps et à l’âme de se purifier, lâcher prise et se régénérer afin d’être apte à procréer de nouveau, à créer et à être inspirée. De plus les femmes se regroupaient ensemble pour échanger, grandir, se ressourcer.

On dit que dans ces moments, la femme entrait dans un état lui permettant d’être en contact étroit avec la Déesse.
Ce n’est pas rien!
Mais le plus beau là-dedans: c’est que ce moment était respecté par tous les autres membres du clan qui prenaient naturellement la relève!

Fastforward à aujourd’hui… 

Hum…hum… Soyons réalistes, il nous est plutôt difficile de prendre 3-4 jours de congé – chaque mois – pour honorer la femme que nous sommes et prendre contact avec la Déesse.
MAIS, nous pouvons faire des choix conscients pour honorer la femme en soi et respecter ce rythme naturel.

Pour ma part, je choisis de ne pas surcharger mon agenda dans ces moments précis, et surtout, de ne pas prendre de trop grandes décisions.
Sachant que je suis plus fébrile, j’allège le plus possible mon horaire pour laisser place à ce qui est, tout simplement.
Je sais que je suis plus sensible, alors je prends soin de moi.
Pas trop de pression, ralentir le rythme, accueillir le nettoyage, et même lui donner une intention.
J’honore la femme en moi de cette façon, et c’est ce qui fonctionne pour moi.

Si vous êtes de celles qui « souffrent » physiquement à cette période, tentez l’expérience…
Accueillez ce cycle naturel et donnez-lui une intention de régénérescence pour laisser le corps faire place au nouveau tout simplement.

Les plus grandes inspirations viennent au moment où nous respectons notre rythme et celui des cycles naturels… tout comme celui des saisons.

Messieurs, si vous êtes encore ici, merci.

Namaste

Du même auteur

Le cycle de la femme